Le monde, ma maison

Destinataires du projet

Les élèves de lycée ; ce projet est indiqué également pour les jeunes handicapés (l’immeuble est accessibles aux handicapés) et les groupes d’élèves, même nombreux.

Motifs du projet

Depuis 1983, quand le Sermig est entré pour la première fois dans l’ancien arsenal militaire de Turin, les jeunes ont commencé à le fréquenter, en contribuant à sa rénovation et sa transformation dans l’Arsenal de la Paix, qui est ainsi devenu le lieu où se mettre au service, mais aussi celui où trouver l’écoute et la réponse à la recherche de leur vie.

À partir de cette expérience pratique le Sermig a mis les jeunes à la première place : ce sont eux les destinataires les plus importants de la proposition de formation, puisque ce sont les jeunes les plus frappés de la pauvreté de notre époque, marquée par l’apathie, la méfiance envers soi-même et les autres, le repli sur soi-même. Le but est de faire grandir leur responsabilité, leur créativité, leur sentiment d’appartenance à une communauté plus grande, comme le territoire, la nation, le monde entier.

C’est ainsi que, avec l’aide des jeunes, un parcours de croissance est né, qui est fondé sur :

un travail sur soi-même, qui rend à l’individu sa valeur absolue (je le vaux bien parce que je suis, non pas parce que j’ai-je fais-je sais), fait prendre conscience de ses possibilités, aide à trouver l’équilibre dans sa nature, avec la conviction que le monde change si c’est moi qui commence à changer, personnellement ;

la proposition d’un engagement concret et cohérent dans la réalité où ils vivent, aussi bien à l’école que dans les associations, la paroisse ou d’autres groupes (le quartier, le pays, la ville), supporté toujours par l’esprit de service. Le Sermig se propose comme un laboratoire où on peut expérimenter des modes de vie solidaires et un engagement que les jeunes peuvent répéter dans leurs lieux d’origine ;

un regard ouvert sur le monde, pour apprendre à le regarder comme la maison commune de la seule famille humaine ; pour apprendre que les différences de culture et de religion, si elles sont respectées, deviennent une richesse. Les situations de détresse de certains peuples nous interpellent, provoquent une émotion qui se concrétise par des aides matérielles, des activités humanitaires et l’engagement pour comprendre les sources de la haine et de l’injustice et proposer une nouvelle mentalité, fondée sur la réconciliation et le pardon.

Ces principes constituent la base de la proposition que nous adressons aussi aux étudiants des écoles, par des langages et des modalités différents selon les groupes, avec les objectifs suivants :

  1. Permettre aux groupes de mieux connaître les valeurs qui ont transformé la fabrique en Arsenal de la Paix (accueil, restitution, réciprocité, dialogue, ouverture au monde, paix…), les déclinant comme des engagements personnels qui sont valables à n’importe quelle époque.

  2. Réveiller chez les jeunes l’envie de responsabilité personnelle et de participation active, parce que l’histoire passe par les gestes de chacun de nous, hier comme aujourd’hui ; leur faire expérimenter que par ses choix personnels on peut contribuer à affronter les grands problèmes de notre époque, en surmontant le sentiment d’impuissance et de difficulté qui les rend étrangers et indifférents, détachés de la réalité.

  3. Apprendre à gérer leurs émotions et établir un contact avec les états d’âme des autres à travers les témoignages et les histoires de plusieurs hommes et femmes qui ont écrit l’histoire de l’Arsenal. Leur fournir les outils pour lire avec des yeux critiques et conscients la réalité et ses logiques.

  4. Actualiser le vécu de la guerre pour découvrir le drame des derniers d’aujourd’hui, une occasion pour reconnaître une richesse dans les différences de culture, provenance et religion. L’émotion peut devenir la clef du changement et une aide concrète pour comprendre les sources de la haine et des injustices et accueillir une nouvelle mentalité de paix. La seule garantie pour que les atrocités du passé et du présent ne se répètent plus.

  5. Aider les jeunes à trouver le sens de la vie et (re)découvrir la valeur de la jeunesse.

Structure du projet: contenus et temps

L’expérience à l’Arsenal de la Paix permet aux jeunes de :

  • approfondir quelques-uns des défis de notre époque ;

  • participer aux activités de façon active et personnelle ;

  • entrer en relation avec des jeunes du même âge, avec lesquels partager des moments de réflexion, des projets et l’engagement.

Le projet comprend une rencontre d’environ 3 heures à l’Arsenal de la Paix pour une date à convenir, selon les âges, organisée comme suit :

·       D’abord une visite guidée : l’Arsenal de la Paix est situé sur les ruines de l’ancienne fabrique d’armes de Turin, qui a construit les armements pour la Première guerre mondiale. En se déplaçant dans ce lieu on commence à connaître son histoire et on peut voir de près ses activités. On raconte aux étudiants le chemin parcouru par un petit groupes de jeunes sans de grandes ressources pour créer l’Arsenal de la Paix, qui chaque jour aide et se met à l’écoute de milliers d’individus en Italie et dans le monde entier, et on montre ses activités principales.

·       Ateliers d’approfondissement : les étudiants, divisés en sous-groupes, confrontent leurs idées directement en dialoguant sur trois thèmes chers au Sermig, dans des ateliers interactifs.

  • à la découverte de l’autre – affronter le monde des relations que les jeunes vivent et voient aujourd’hui, pour réfléchir sur l’accueil, considéré comme une attitude qui ouvre à une rencontre véritable avec les autres personnes, qu’elles soient des pauvres, des enfants ou des jeunes du même âge. Connaître les histoires de ceux qui ont été accueillis à l’Arsenal de la Paix, avec des témoignages vidéo, pour découvrir ses potentialités, qui peuvent aider soi-même et son prochain.

  • La musique au service du bien – à partir de la musique moderne, approfondissement sur la possibilité d’utiliser le langage de la musique au service de la paix, de la justice, du respect, du bien. L’expérience et les réalisations musicales du Sermig à travers les projets du Laboratoire du Son.

  • Un seul monde dans la paix – les thèmes de l’interdépendance entre le Nord et le Sud, du développement durable, dans le respect de la dignité de l’homme, des relations entre les communautés, qui représentent le moyen pour réaliser des chemins de dialogue et de paix. Expérimenter que ses capacités et ses compétences peuvent être mises au service de la société en vue d’un bien commun, à travers la simulation d’un projet de développement.

Préparation :

Pour favoriser la participation des jeunes on propose de les préparer à cette expérience avec une collecte de produits de première nécessité, qui seront ensuite utilisés pour des expéditions humanitaires. Ce sont les produits de longue conservation qui sont nécessaires (aliments pour les enfants, lait, riz, viande en conserve, thon, légumes secs, conserves, biscuits, sel, sucre, huile en tôle).

Nous proposons aussi de lire l’un des livres qui racontent l’aventure du Sermig :

- Ernesto Olivero, Giovani, patrimonio dell’umanità, Cittadella Editrice;

- Ernesto Olivero, Dio non guarda l’orologio, Ed. Priuli & Verlucca.

- CD Laboratorio del Suono, L’amore resiste.

Ce site utilise des cookies. Si tu continues ta navigation tu consens à leur utilisation. Clique ici pour plus de détails

Ok